Entête

Interviews

Interview de Pierre-Yves Gallou

// Interview réalisée par Katia Massol en 2016 – actualisée en 2018 //

Pierre-Yves-Gallou-et-ARTEK-Formations

Pierre-Yves, vous avez plus de 10 ans d’expérience dans la régie en Bretagne. Vous avez été notamment régisseur général à l’Antipode, célèbre Scène de Musiques Actuelles de Rennes. Quelles y ont été vos missions?

Ma mission principale à L’Antipode concernait surtout le côté technique. Le chargé de production me transmettait les fiches techniques des artistes programmés et je les négociais avec leurs régisseurs afin de pouvoir les accueillir dans les meilleures conditions tout en respectant les budgets de soirées (location de backline, de compléments lumières, de matériel vidéo, etc.). J’avais donc en charge la planification des journées et de l’équipe technique, la configuration des locaux, la gestion des mouvements/changements de plateaux, les temps d’entretien du parc de matériel. J’assurais également, avec les moyens alloués, la sécurité au travail.

Je gérais le suivi du bâtiment, je n’en avais pas la responsabilité juridique. Je faisais un compte-rendu à la Direction de la salle afin qu’elle prenne contact avec les services compétents de la Ville de Rennes, propriétaire du bâtiment, qui réalisaient ce qu’il y avait à faire (vérifications périodiques obligatoires, électricité du lieu, plomberie, etc.). J’assurais aussi la commande et la mise en place du personnel de sûreté. Je veillais, en lien avec le personnel concerné, à ce que l’évacuation du public puisse se faire calmement en cas de problème.

Vous êtes également régisseur technique sur des festivals et des concerts. Ce fut le cas pour le groupe Aaron et Arthur H lors de leurs tournées à Rennes. Pouvez-vous nous expliquer les spécificités de votre travail lors de ces évènements?

Ces deux dates étaient hors les murs de L’Antipode. L’une était à la salle de La Cité en centre-ville historique, l’autre à L’Étage. Il fallait donc faire une étude préalable concernant la possibilité d’accueil de ces deux productions. Je devais vérifier la faisabilité technique par rapport aux riders techniques des artistes, notamment en prenant connaissance des capacités d’accroches des perches motorisées et des grils techniques en fonction des plans de feux d’Aaron et d’Arthur H.

Il me fallait voir ce qui était disponible en courant électrique sur scène, avoir les dimensions du plateau et de la cage de scène, connaître les modalités de fonctionnement des lieux (coûts divers, personnel d’accueil, stockage du matériel, contrôle jauge, procédure d’évacuation). Ensuite, je devais lancer les devis de location chez les prestataires et faire valider le matériel par les productions accueillies, gérer le budget technique puis mettre en place le personnel compétent et « habilitable ». Une fois tout ça calé, il n’y avait plus que de l’encadrement d’équipes et de bénévoles lors du montage son et lumières ainsi que l’accueil de la production et du public à maîtriser le jour J.

Quelques photos en action, mise en place d’un festival en plein air…

Pierre-Yves-Gallou-conduite-d'engins
Pierre-Yves-Gallou-et-chariot

Moments heureux ou de crise, revenez pour nous sur une expérience liée à la sécurité du spectacle que vous avez vécue et que vous n’oublierez jamais.

Un grand moment de peur. Je débutais, je n’étais pas du tout formé au risque électrique à ce moment-là. Pas d’EPI, ni de méthode donc. C’était en fin de chantier, il fallait que je récupère un épanoui 63A branché sur le disjoncteur d’une armoire. J’étais fatigué. J’avais déconnecté en sortie de disjoncteur ouvert avec un tournevis isolé mais le conducteur de protection était, comme toujours, sur un bornier séparé. Sans réfléchir, me disant que c’était la terre, j’ai pris une clé non isolée pour l’enlever du bornier de terre. J’ai fait un mauvais geste et la clé est venue toucher une des phases en tension qui alimentait l’armoire que je n’avais, bien entendu, pas mis hors tension en amont… J’ai fait un bon de deux mètres en arrière pour finir plaqué contre un mur, groggy. Je peux vous assurer que c’est le genre de chose qu’on n’oublie jamais. Ce jour-là, je me suis dit qu’il fallait changer mes habitudes de travail et me former à la sécurité au travail, notamment au risque électrique. Je me suis donc inscrit à une formation de préparation à l’habilitation BRH1V puis Sécurité des spectacles, gestes et postures, sensibilisation à la prévention des risques professionnels dans le spectacle et l’évènement et plusieurs autres encore…

Quel parcours ! Aujourd’hui, parallèlement à votre activité professionnelle, vous êtes formateur. Comment êtes-vous passé de l’autre côté ? Quelle est votre démarche envers les stagiaires ?

Pierre-Yves-Gallou-formateur-ARTEK

Cela s’est fait un peu par hasard en fait. C’est en démarchant auprès de la secrétaire d’ARTEK pour un renouvellement d’une de mes certifications qu’elle m’a informé que l’organisme était intéressé par des profils tels que le mien. J’ai donc suivi ses consignes et j’ai envoyé mon C.V. à Sandrine Thébaud, Dirigeante d’ARTEK. Après un entretien, les choses se sont mises en place progressivement via notamment une « formation de formateur » auprès de Philippe Cuvelette que je salue et remercie beaucoup au passage.

Ma démarche envers les stagiaires est de les emmener d’un point A à un point B en prenant en compte que tout le monde n’a pas forcément les mêmes connaissances théoriques, ni la même expérience sur le terrain. Ma mission est de transmettre à des personnes qui ont le même environnement de travail que le mien.

Ceci dit, je mets tout le monde sur un pied d’égalité, nous sommes là pour avancer ensemble et non faire une compétition. Je sais que les stagiaires veulent du concret mais il ne faut pas se noyer dans les exemples des situations qu’on a vues ou vécues sur les chantiers. Il ne faut pas perdre de vu l’objectif de la formation. Il faut bien avoir à l’esprit également que ce n’est pas une formation d’électricien mais de sécurité et une préparation à l’habilitation électrique délivrée par l’employeur.

Vous intervenez depuis 2014 auprès d’ARTEK pour les formations habilitation électrique.  Comment définiriez-vous cette collaboration?

Pierre-Yves-Gallou-formateur-SST-ARTEK

Tout d’abord une chance. Dès le début, j’ai été accompagné, soutenu, conseillé par Philippe Cuvelette, Jean-Denis Rolland et Sandrine Thébaud. Un grand merci. Je trouve qu’il y a une solidarité entre les formateurs et j’apprécie beaucoup. Je suis formateur occasionnel, j’interviens en préparation à l’habilitation électrique et bientôt en Sauveteur Secouriste du Travail.

Le fait de travailler sur des événements d’envergure moyenne me permet d’être en phase avec les problématiques rencontrées par les stagiaires. Problématiques qui doivent sûrement être les mêmes sur les gros événements finalement. Nos expériences de terrain permettent d’illustrer la formation par de bons ou mauvais exemples au fur et à mesure que celle-ci avance.

 

Et si on parlait de votre actualité ?

Pierre-Yves-Gallo-et-équipe-montage-chapiteau

Je fais la régie générale sur un événement musiques actuelles rock et ska avec le soutien logistique/matériel de la Ville de Rennes, des interventions au Jardin Moderne Smac de Rennes, la préparation des 1ers Dimanches aux Champs Libres à Rennes avec l’association Patch rock du Festival Les Embellies. J’interviens également en tant que régisseur de site et électricien sur les festivals Art Rock et Panoramas.

Sur la photo, je suis avec l’équipe du Bing Bang Circus, l’école de cirque de Rennes, que j’ai conseillée récemment au niveau du chapiteau.

Fin 2016, j’ai obtenu mon SSIAP3 renforçant ainsi ma maîtrise de la réglementation, la connaissance des acteurs  (pompiers) et  mon rôle de conseiller en sécurité incendie. J’interviens depuis lors pour les formations SSIAP1 d’ARTEK.

Parallèlement, j’ai assumé les missions suivantes:

  • Adjoint au conseiller sécurité incendie de la Route du Rock à Saint-Malo (21000 festivaliers). Après instruction du dossier de sécurité par le conseiller, j’accueille avec lui la commission de sécurité, j’interviens au PC de sécurité et j’encadre l’équipe SSIAP pendant le festival – Interventions depuis 2017 ;
  • Régie plateau du festival ART Rock sur la scène principale à Saint-Brieuc (en 2018) ;
  • Régie générale de la fan zone à Rennes (40000 personnes) pour la retransmission de la Coupe du monde la FIFA, Russie 2018 ;
  • Régulateur au PC Exploitant pour l’équipe des Moë-Kan au Festival des Rias, Théâtre de rue en Pays de Quimperlé. Photo ci-dessous où je suis entouré de Philippe Cuvelette, Scott Delhaise-Ramond, Eileen Morizur, Damien Lenet et Ronan Bellancourt.

Pour conclure, j’envisage prochainement de suivre une formation AP2 (attestation de prévention pour les civils).

On ne vous arrête plus ! Encore merci d’avoir répondu à nos questions.


Si vous souhaitez envoyer un message à Pierre-Yves > C’est par ici
Tél: 06.77.59.97.49.