Entête

Interviews

Carte blanche à Philippe CUVELETTE – Directeur du développement de Moë-Kan et formateur

Philippe-Cuvelette-et-Fred-Poullain

Philippe, vous êtes un des fondateurs et managers de la société Moë-Kan qui intervient spécifiquement dans le secteur du spectacle et de l’évènementiel. Pouvez-vous nous présenter les services proposés ?

Moë-Kan intervient en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage dans le secteur du spectacle et de l’évènement. Nous garantissons à notre client le fait d’absorber une charge de travail dans un environnement contraint (coût, délais, qualité, ressources) en préservant sa culture d’entreprise, et en intégrant une sensibilité dans le domaine artistique. Notre valeur ajoutée est notre vaste connaissance du terrain, des langages et des pratiques de ce secteur.

Sur la photo: Philippe Cuvelette avec à droite Frédéric Poullain, collaborateur lors du spectacle de la Coupe de la Ligue au Stade de France.

Nous opérons sur trois grands axes d’offres de services et nous les avons structurés de la façon suivante :
La prévention des risques : qui englobe les missions d’évaluation des risques professionnels, l’analyse des obligations de formations, la formalisation des obligations règlementaires et la coordination de la sécurité (de l’élaboration du dossier au management opérationnel) ;
Les événements : avec la réalisation d’études de faisabilité, la conduite de projet et/ou la régie/direction technique ;
Les équipes : offre qui se compose de l’analyse des besoins de recrutement, de la recherche des ressources pour notre client et de l’animation de la phase recrutement elle-même.

Votre entreprise est intervenue dernièrement sur le Weather Paris Festival 2015, évènement dédié aux musiques électroniques. Plus de 70 artistes se sont succédé sur 5 scènes aménagées en plein cœur du Bois de Vincennes. 50 000 festivaliers ont répondu présents pendant ces 3 jours, hissant Paris au rang de capitale mondiale de la musique électronique, et confirmant le renouveau des nuits parisiennes. Quelles ont été les missions confiées par les organisateurs? Comment avez-vous appréhendé l’ensemble de ces contraintes ?

Philippe-Cuvelette-et-Dom-Herrmann-Weather-Paris-Festival

La direction de production de l’agence Surprize – organisateur du Weather Festival – nous a mandatés pour assurer la coordination des extérieurs de cette manifestation d’envergure. Les missions qui en ont découlé étaient multiples, soit :
> Tisser des liens avec les acteurs du Bois de Vincennes impactés par cette organisation.
Appréhender les contraintes générées par la manifestation pour les utilisateurs du Bois en garantissant l’installation de la manifestation, ceci en étroite collaboration avec la personne dédiée à la médiation culturelle du projet ;
> Qualifier l’enceinte extérieure de la manifestation et la sécuriser ;
> Concevoir et organiser la régulation des flux de circulation du public, de l’organisateur et des tiers nécessaires au montage et démontage du Weather Paris Festival ;
> Manager et organiser le contrôle des accès véhicules vers le site au départ de notre commissariat général créé pour l’occasion. Création et management d’une équipe de « Signaleurs » (68 personnes recrutées) ;
> Manager la sécurisation de l’enceinte durant l’exploitation ;
> Mettre en œuvre et manager le Poste de Commandement de l’organisateur ;
> Assurer la maintenance des installations techniques extérieures à l’enceinte de la manifestation ;
> Définir et installer la signalétique extérieure.

Nous étions un service supplémentaire à la direction technique dudit festival, soit un budget, une organisation et des équipes bien distincts en exploitation que j’ai eu le privilège de diriger. Sur la photo: lors du Weather Paris Festival 2015 avec Dom Herrmann, proche collaboratrice.
Nous avons pu déployer dans ce cas nos savoir-faire dans l’utilisation de l’espace public comme aire de jeu. Longue expérience acquise notamment auprès des artistes du Théâtre de Rue et des manifestations culturelles d’envergure que j’ai assumées dans la fonction de directeur technique (inauguration du tram de la ville de Brest, spectacle d’ouverture du festival de l’Ô, évènement de soutien du Val de Marne pour la candidature de Paris 2012, clôture du festival « Juste pour Rire » avec la Cie OPOSITO et le spectacle « Transhumance, l’heure du troupeau », etc.).

Ville de Mérignac, Théâtre de Chelles, Centre National des arts de la rue – Le Fourneau,… vos références dans le secteur sont nombreuses. Des témoignages sur votre site mentionnent votre professionnalisme. Le Directeur du théâtre de Creil / La Faïencerie, Grégoire Harel, dit même que vous avez insufflé – conformément à leur demande – « une nouvelle culture de la gestion prévisionnelle du risque ». Dites-nous en plus à ce sujet.

Philippe-Cuvelette-Moë-Kan

Ma longue expérience du terrain, du management d’équipes pluridisciplinaires, et multiculturelles, m’a permis de comprendre que l’obligation règlementaire, dans le domaine de la prévention des risques, a du sens. J’ai alors cherché ce sens à travers notamment des rencontres, des formations, des analyses et des observations de situations de travail/d’incident, etc. Assez rapidement, j’ai pu confirmer, comme nous le précise notamment le Code du Travail, que s’interroger (au minimum) sur sa propre organisation a déjà des effets bénéfiques pour la prévention des risques professionnels.

Je m’attache donc à qualifier particulièrement l’organisation et ses acteurs pour la bonne réalisation du projet, ceci en parallèle d’une mise en perspective de la règlementation et de ses obligations (de moyens et/ou de résultats). Il s’agit d’une posture particulière, mais la règlementation n’a jamais rien interdit (sauf de générer une situation dangereuse), ou si peu de chose. Par contre, son application va impacter nos besoins de temps, de ressources humaines et de ressources financières dédiées. Et c’est sûrement là où réside l’une des plus grandes difficultés de notre secteur d’activité.

[ J’ai à cœur ] d’ajouter à mes savoir-faire la capacité à évoluer professionnellement dans des espaces contraints (temps, qualité, coût, ressources) et la nécessité, et joli principe, du « faire ensemble ». Ci-dessous, en bureau de production avec Scott Delhaise-Ramond, proche collaborateur chez Moë-Kan.

Philippe-Cuvelette-et-Scott-Delahaise-Ramond-de-Moë-Kan

Comment mettez-vous à profit cette « expérience terrain » dans vos formations ?

Mon expérience du terrain me permet d’illustrer, de cristalliser dans une réalité, le propos de la formation par des situations professionnelles vécues et/ou observées. Je prends cependant grand soin de maintenir une posture d’intervenant pédagogique, et de ne pas transformer le face-à-face en un temps dédié à l’évocation de mon parcours professionnel. ARTEK Formations, et les autres centres de formations, attendent de moi un acte de transmission et de pédagogie. C’est aussi l’assurance, pour les stagiaires, d’avoir affaire à un intervenant qui va comprendre leur environnement de travail, les spécificités et contraintes de leur secteur d’activité (le mien aussi). A ce sujet: interview d’Arnaud Vasseur régisseur adjoint à Très Tôt Théâtre-Quimper qui a suivi une formation animée par Philippe et évoque l’intérêt de sa posture pédagogique.

Vous êtes formateur auprès d’ARTEK depuis plusieurs années. Comment définiriez-vous cette collaboration ?

Formation avec Philippe Cuvelette

Il y a eu l’époque où j’étais le « p’tit jeune », et je considère avoir eu beaucoup de chance de rencontrer l’entreprise et ses acteurs de ladite époque. Sur la photo: il y a quelques années avec Jacky Huet, formateur reconnu. Depuis j’ai vieilli… (rire). J’ai eu notamment des missions transversales, et passionnantes, en plus de la situation de formateur au sein d’ARTEK Formations (mise en place de certains outils pédagogiques, de méthodes, et l’obtention de l’agrément de centre formation SSIAP,…). Je me sens impliqué dans son développement, et auprès de certains de ses membres actifs. En outre, Moë-Kan a officiellement comme partenaire et associé ARTEK Formations. Nos deux offres de services nous permettent d’agir sur un champ très large des besoins de ce secteur d’activité. Pour faire simple, soit former les ressources en perspective de leur autonomie et la valorisation des personnels (ARTEK Formations), ou absorber pour eux, à leurs côtés, la charge de travail spécifique et complexe (Moë-Kan).

Quelle est votre actualité?

Une étude de faisabilité pour un Théâtre dans l’Oise qui va sûrement nécessiter un dossier de sécurité règlementaire en perspective de l’utilisation exceptionnelle de locaux. Nous finissons une mission d’évaluation des risques professionnels dans un grand théâtre Parisien en vue de la rédaction du Document Unique. La programmation de notre prochaine gazette Moë-Kan (sortie prévue pour janvier 2016) et nous sommes actuellement interrogés sur des projets dans nos domaines de compétences.

Pour finir, je me permets ces quelques mots… La société Moë-Kan est née de notre passion pour les « objets artistiques », de la convergence de nos compétences avérées et de notre volonté de servir l’évènement, la conduite du changement et le management de la sécurité. Mais aussi, de notre souhait de participer à la valorisation de notre secteur d’activité et de ses protagonistes. Notre façon de participer aussi à la « résistance » contre l’invasion de l’austérité en servant l’utopie et la poésie, la métaphore poétique et parfois militante proposée par les auteurs du spectacle vivant. Nous sommes convaincus de participer à quelque chose d’extraordinaire… En cet instant nos pensées vont aux familles des victimes du vendredi sombre. Ce soir du 13 novembre 2015 gravé dans nos cœurs et dans nos corps pour les pires des raisons…


Merci à Philippe Cuvelette pour sa disponibilité.

Pour en savoir +, nous vous dirigeons vers le site de Moë-Kan

La société Moë-Kan